la CPJP dénonce un carnage commis sur des populations civiles

Publié le par Askabiol

COMMUNIQUE DE PRESSE
Dénonçant un carnage dans le village Zakoumba (Koussoumba)

Il a été rapporté au Conseil Politique de la Convention des Patriotes pour la Justice et la Paix (CPJP) que le 03 février 2009, dans le village de Zakoumba (déformation de Koussoumba), près de la ville de Ndélé, la Milice du Président François Bozizé a perpétré un carnage sur de paisibles citoyens sans défense.


Ces personnes étaient en train de procéder aux rites mortuaires après l'enterrement d'un des leurs, lorsque des militaires sont arrivés sur les lieux et ont ouvert le feu sur l'assistance. Il y'eut trois (03) blessés et dix huit (18) morts dont le Chef du village et l'Imam de la mosquée de la localité. Il s'agit de :

<p>Abdoul Kader, Chef de village
Faki Hassan Idris, Imam de la mosquée
Djidou Abdramane
Idris Abdoul Kader
Moussa Zakaria
Daoud Zakaria
Mahamat Idris
Hassan Djamal
Abdoulaye Saleh
Abakar Hamza
Amine Abdoul Karim
Oumar Sakine
Djalal Yacoub
Ahmad Youssouf
Souleymane Idris
Nassir Issaka
Mahamat Chaïb
Abdourahim Djamal.

La CPJP, étant dans la localité, porte à la connaissance du public cette grave exaction commise par des éléments détachés à cet effet. C'est désormais un casus belli.

Les positions de la CPJP sont bien connues de la Milice présidentielle. Il est donc inconcevable que cette milice, appelée à tort Garde Présidentielle, ouvre le feu sur d'inoffensifs citoyens non armés, éprouvés et occupés à pleurer leur parent qui venait d'être mis sous terre. Les mêmes causes produisent les mêmes effets, l'on doit chercher à savoir qui est vraiment contre la paix.

Fait à Sibut, le 09 février 2009

Assan M'bringa Togbo,
Chargé de Mission

Publié dans Communiqués

Commenter cet article