la CPJP propose une solution de sortie de crise au Gouvernement centrafricain

Publié le par Askabiol

COMMUNIQUE DE PRESSE
relatif à la solution de sortie de crise en Centrafrique

L’opinion Nationale et la Communauté Internationale ont été témoins du refus du Président BOZIZE, prisonnier des extrémistes de son clan et du chantage des escrocs étrangers membres de son gouvernement, à respecter les Recommandations du Dialogue Politique Inclusif de Décembre 2008, l’invitant à former un gouvernement de large ouverture.

Avant de décider de donner l’assaut sur Bangui, afin de rendre son pouvoir au Peuple Centrafricain, au cas où le Président BOZIZE et son clan devaient continuer à faire la sourde oreille à ses exigences, l’Assemblée Générale Extraordinaire de la Convention des Patriotes pour la Justice et la Paix(CPJP) a entériné, le 26 Février 2009, la désignation des Membres du Bureau du Conseil Politique, afin qu’ils assument, au grand jour, les responsabilités des actions du Mouvement.

La faillite de l’Etat Centrafricain, victime de la gestion chaotique et prédatrice des parents du Président BOZIZE dans les secteurs vitaux de l’économie : diamant et or, forêts, douanes et impôts dont le Trésor Public tirait l’essentiel de ses revenus, exigeait du Chef de l’Etat qu’il prenne conscience de la gravité de la souffrance de ses concitoyens en engageant le pays dans le Renouveau social.

Mais force a été de constater que, le 19 Janvier 2009, fidèle à ses principes, le Président BOZIZE a vidé de son contenu les acquis du Dialogue Politique Inclusif en formant un gouvernement de campagne électoral aux fins de s’assurer une victoire, avant le premier tour de la présidentielle de 2010, condamnant le peuple centrafricain à une mort certaine.

Conscient de ses responsabilités envers le Peuple centrafricain et décidé à le sortir de l’enfer de la misère, le Conseil Politique de la CPJP exige ce qui suit :

1) L’ouverture immédiate et sans condition des négociations de sortie de crise;
2) La dissolution du gouvernement formé le 19 Janvier 2009;
3) La mise en place d’un Conseil National de Salut public devant formuler les mesures politiques et économiques pour la Remise en Ordre de l’Etat et la pacification de l’ensemble du territoire;
4) La formation d’un gouvernement de compétence devant piloter les réformes économiques et préparer les prochaines échéances électorales, libres et transparentes;
5) La suspension de la mise en œuvre du processus du Désarmement-Démobilisation-Réinsertion (DDR) afin d’en élargir le bénéfice aux combattants des groupes armés qui n’ont pas encore signé l’Accord Global de Paix du 21 Juin 2008 de Libreville;
6) La création d’un fonds de solidarité, abondé par la CEMAC, l’Union Européenne et nos partenaires bilatéraux destiné à l’indemnisation des victimes civiles des crises politico militaires de 2002 à 2003 et de 2006 jusqu’à ce jour.

Fort de ce qui précède, le Conseil Politique de la CPJP invite à l’unité d’action, la classe politique centrafricaine, la société civile et les groupes armés non signataires de l’Accord Global de Paix du 21 Juin 2008 de Libreville, pour créer les conditions d’une sortie définitive de la crise et abréger les souffrances de nos populations.

Enfin la CPJP lance un Appel pressant au Haut Médiateur de la crise Centrafricaine, à l’Union Africaine, l’Union Européenne, à la France et aux Etats-Unis, pour qu’ils fassent usage de leurs influences pour faire aboutir ce processus de sortie d’une crise politique porteuse de tous les dangers pour l’ensemble des Etats de la sous région d’Afrique Centrale.

Fait le 01 Mars 2009

Pour Conseil Politique,
Le Coordonnateur Adjoint, Porte Parole,
Colonel Charles MASSI

Publié dans Communiqués

Commenter cet article